Rechercher
  • Esther Gasque

Vincent Lebunetel : "Le maniement des données est au cœur de la réinvention de la fonction RH".

Dernière mise à jour : févr. 1



Pour Vincent Lebunetel, fondateur de Boostrs, le maniement des données et leur exploitation sont au cœur de la réinvention de la fonction RH.


Comment Boostrs procède-t-il pour anticiper les besoins en compétences et ressources humaines des entreprises qui font appel à ses services ?


L’activité de Boostrs en la matière est relativement diversifiée. Dans un premier temps, nous aidons nos clients à concevoir leur « référentiel métiers et compétences », en ayant recours à du Big Data et à de l’intelligence artificielle. Ce référentiel est un outil RH qui recense l’ensemble des métiers qui existent au sein d’une organisation et, qui pour chacun de ces métiers, définit quelles sont les compétences attendues. Ainsi, une fois que les clients comprennent l’ensemble des métiers qui existent au sein de leur structure, nous interprétons cette donnée, pour leur permettre ensuite d’élaborer des plans d’action RH adaptés à la situation de leur organisation.


Par ailleurs, nous accompagnons également nos clients sur un plan plus stratégique. Par exemple, nous allons être capables, grâce à l’intelligence artificielle, d’évaluer au moyen d’un taux d’automatisation la part de chaque métier pouvant être remplacée par la technologie. Ainsi, plus ce taux d’automatisation est élevé et plus les collaboratrices et collaborateurs de ce dernier sont à risque. Notre rôle est donc de cartographier ces risques et de prioriser les actions à mener sur ces enjeux. Autre exemple d’accompagnement : celui relatif à l’indice de télétravail - particulièrement utile aujourd’hui - par lequel nous sommes capables d’évaluer quelle est la part de chaque métier pouvant être effectuée à distance.


En définitive, nous effectuons un grand travail de normalisation des données pour ensuite accompagner nos clients dans la mise en place de leur stratégie RH.


En quoi la solution apportée par Boostrs se distingue-t-elle de celle proposée par ses concurrents?


Tout d’abord, nous sommes avant tout un éditeur de contenu avant même d’être un éditeur de solutions. Les clients viennent nous voir pour qu’on leur livre une interprétation des données RH afférentes à leur organisation. Cela suppose donc d’avoir un ancrage solide dans l’activité de recherches et développement, notamment en matière de Data Science. C’est d’ailleurs pour cette raison que nous sommes aujourd’hui dotés d’une équipe Data Science composées de cinq docteurs en physique.


Par ailleurs, Boostrs se démarque également par sa capacité à apporter son expertise dans un délai de 3 à 6 semaines. En effet, nous sommes capables de cartographier l’ensemble des enjeux et des risques d’une entreprise à partir de très peu de données, à savoir les intitulés de poste d’une organisation.


J’ajouterai aussi qu’une partie de nos concurrents sont également nos partenaires, à savoir les cabinets de conseil RH. Nous sommes complémentaires : nous travaillons chez Boostrs sur l’ingénierie data du client ce qui permet d’éclairer nos partenaires RH sur les plans d’action à mettre en œuvre.


Boostrs mesure le potentiel de télétravail d’une organisation. Selon vous, la crise de la Covid-19 annonce-t-elle une profonde révolution des politiques RH ?


Profonde révolution, je ne crois pas. Réelle évolution, assurément. Bien évidemment, nous avons constaté - c’était inévitable - une évolution sur le caractère propre à l’organisation du travail, au travers justement des accords de télétravail. En période de crise, un RH est avant tout un pompier plus qu’il n’est un maçon. C’est pour cela qu’on parle davantage d’évolution que de révolution.


C’est d’abord à la fonction RH de se réinventer avant de réinventer le développement de ses collaborateurs

En revanche, je suis persuadé que cette révolution va venir dans les mois qui viennent. Or, la révolution RH commence par leur propre révolution à eux. C’est d’abord à la fonction RH de se réinventer avant de réinventer le développement de ses collaborateurs. En effet, la fonction RH va de plus en plus piloter son action au travers de l’exploitation de données et utiliser des indicateurs de performance pour mesurer la pertinence de ses actions. Il faut donc qu’elle s’aguerrisse dans le maniement des données et leur exploitation.


Quels sont les secteurs qui sont le plus susceptibles d’avoir recours à vos services ? Ceux-ci ont-ils changé avec la crise ?


Il n’y a pas eu de changement fondamental. En revanche, nous avons constaté une forme d’accélération dans notre collaboration avec certains d’entre eux. Nous travaillons notamment beaucoup avec les OPCO et les branches professionnelles. Nous accompagnons aujourd’hui une douzaine de branches professionnelles. Bien évidemment, nous avons aussi noté une nette accélération dans le domaine de la santé.


Plus largement, selon moi il n’y a pas une seule entreprise qui peut se targuer de ne pas être en profonde transformation aujourd’hui. Toutes s’interrogent pour conduire des plans RH et ont besoin pour cela d’avoir une approche non pas subjective mais objective : l’exploitation des données par Boostrs aide en cela.


Quelles sont vos perspectives de développement pour l’année à venir en France ou à l’étranger ?


On vient de commencer notre déploiement au Canada. C’est notre - vrai - premier pas à l’international !


Outre le développement international, nous sommes également en train de construire une plateforme qui va permettre à tous les acteurs RH, au sens large du terme, de traduire du texte en compétence normée. Qu’est-ce que cela veut dire ? Imaginez un responsable de formation qui a devant lui un catalogue avec des milliers de titres de formation : on va être capable de traduire ce contenu automatiquement en compétences normées et cartographier son programme de formation pour voir si ce dernier est en adéquation avec les enjeux business de ses clients.


Je profite finalement de cet entretien pour remercier mes équipes qui sont ma fierté au quotidien ainsi que nos clients et investisseurs qui nous font confiance. Grâce à eux, Boostrs a été désigné meilleure startup RH de l’année par Akoya : une belle récompense dans une période difficile.




98 vues0 commentaire