Rechercher
  • Esther Gasque

Marie Taquet : "Il est possible d'apprendre un métier en quelques mois"


Pour Marie Taquet, fondatrice et CEO de l’école IconoClass, “il est possible de se former tout au long de la vie et d’apprendre un métier en quelques mois. N’ayons pas peur de nous lancer ! ”


Vous avez fondé Iconoclass, une école de quatre mois, dédiée aux métiers du business development. Présentée comme une véritable nouveauté dans le paysage actuel de la formation en raison notamment de sa promesse “Embauché.e ou remboursé.e”, qu’est ce qui selon vous distingue Iconoclass de ses concurrents ?


La premier élément différenciant, c’est la durée de notre formation. Aujourd'hui cela n’a plus de sens de rester cinq ans à l’école alors que tous les métiers pour lesquels nous nous formons évoluent extrêmement rapidement. Ainsi, chez Iconoclass nous sommes convaincus qu’il est préférable de faire de courtes études tout au long de sa vie. Aujourd’hui on se rend compte que pour devenir commercial, la durée de 4 mois est suffisante et, à l’issue de cette dernière, nos étudiants trouvent quasi systématiquement un CDI. Les étudiants sont ravis !


Le deuxième élément qui nous distingue de nos concurrents - et c'est le point le plus fondamental pour nous - c’est que 80% du programme est fondé sur la pratique. Chez Iconoclass, on apprend vraiment un métier. Le matin, un directeur commercial peut venir présenter son produit et ses méthodes et l’après-midi, les étudiants apprennent vraiment à vendre celui-ci en pratiquant le phoning, le porte-à-porte, le scrapping de données. Il y a également une grande partie de la formation dédiée au développement personnel avec des cours d’éloquences, des cours pour apprendre à gérer son stress ou encore des cours de programmation neuro-linguistique (PNL). Le but c'est que les étudiants se sentent vraiment bien dans leur peau.


Ensuite, nos professeurs sont exclusivement des professionnels, externes à l’école. Notre programme est ainsi complètement lié au marché du travail : il n’est jamais obsolète !


Enfin, la dernière chose qui fait qu’on se distingue particulièrement dans le champ de la formation, c’est le fait qu’on propose le paiement au CDI : cela signifie que nous acceptons que l’étudiant commence à payer ses études une fois qu’il est embauché. Tous les étudiants n’ont pas accès au crédit et pour nous c’était important de dire qu’importe son budget, si l’on est motivé et qu’on souhaite devenir sales, on doit pouvoir se former.


Vous proposez des formations très variées à différentes compétences (business, vente, ou relatives au développement personnel), comment sélectionnez-vous vos contenus ?


J’ai effectué pendant un an des recherches ciblées. J’ai appelé des directeurs commerciaux, des DRH pour savoir exactement quels étaient les critères d’embauche, qu’est ce qu’on attend aujourd’hui d’un Sales Junior ou d’un Sales un peu plus Sénior. Au cours de mes recherches, j’ai relevé cinq critères. La première chose, c'est la compétence technique de la vente et donc pour cela on apprend au sein de l’école la lead generation, la prospection, le traitement des objections, le clausing, le customer care...On voit vraiment tout le processus de vente. La deuxième chose importante concerne le maniement des outils : les Sales utilisent de nombreux CRM et outils - customer relationship management - pour faire du reporting ou automatiser leurs tâches. Le troisième critère concerne la partie RH : il est très important d’être à l’aise à l’oral et de savoir pitcher, le meilleur produit à vendre : c’est eux mêmes ! Le quatrième point important pour nous concerne le développement personnel : on part du principe que l’on se sent bien, on mettra à l’aise son interlocuteur. Enfin, le dernier point concerne la maîtrise de quelques bases de l’entreprise pour pouvoir dialoguer avec le service comptable, avec l'administration ou encore le service marketing.



Iconoclass s’adresse à des candidats de tous âges et de tous horizons scolaires, sans condition de diplômes. Pourquoi ce choix et qu’est ce qui vous permet in fine de départager les candidatures ?


De prime abord, il faut savoir que je ne suis pas quelqu’un de scolaire. Malgré cela, je ne me sentais pas pour autant incapable de quoi que ce soit. En effet, je trouve bien souvent rapidement une solution aux problématiques qui se présentent à moi, et ce, malgré le fait qu’à l’école je n’étais pas la meilleure. En partant d’un constat personnel, j’ai réalisé que de nombreuses personnes étaient dans le même cas que moi et pourraient devenir de très bons Sales. Pour être un très bon Sales, il suffit de bien savoir écouter de façon active son client, de pouvoir apprendre un script, de pouvoir répondre aux objections et d’avoir finalement une certaine confiance en soi. Ce ne sont pas des compétences qui sont scolaires. Pourquoi donc juger des candidats sur leurs diplômes ?


Ensuite, sur le processus de sélection, le passage de trois étapes est nécessaire avant d’intégrer Iconoclass. La première est un questionnaire disponible sur le site vérifiant la volonté du candidat d’être commercial ainsi que la correction de son français. Si ce questionnaire est bon, nous envoyons au candidat un business case dans lequel il doit incarner un commercial chez Doctolib - par exemple - et doit simuler une vente du produit. Si le candidat valide cette deuxième étape, nous le recevons pour un entretien et nous nous assurons que sa motivation est au rendez-vous. Pour donner un ordre d’idée, nous admettons à l’école un candidat sur cinq.



Iconoclass propose à la fois une formation présentielle et une formation online. Avez-vous constaté une hausse des candidatures au sein de cette dernière dans le contexte de crise sanitaire actuel ?


La formation online a été lancée en novembre : c’est tout récent. Ce n’est pas du tout la même formation que la formation physique. Au cours de la formation physique, on apprend vraiment le métier de Sales. La formation online concerne plutôt des personnes qui sont déjà en free-lance/CEO ou qui sont déjà Sales et qui veulent approfondir leurs connaissances. On ne cible pas du tout les mêmes types de personnes.


Au sein de l’école, on a une partie impact qui repose sur trois piliers : l'accessibilité financière, l’accessibilité académique et depuis peu, nous réfléchissons à l'accessibilité géographique. Venir étudier à Paris n’est pas à la portée de tout le monde et c'est cela qui nous a poussés à développer une version online.


Aussi, Pour répondre à la question de la hausse des candidatures au sein de la formation online : oui Il y a eu un impact sur le business indéniable. Néanmoins, on a toujours autant de personnes en physique.


Enfin, quelles sont à plus long terme les perspectives de développement de l’école ?


Actuellement, nous avons deux perspectives de développement. La première est de développer davantage notre version online et d’aller beaucoup plus loin dans notre démarche de numérisation. Chez Iconoclass, nous sommes convaincus que ce n’est pas parce qu’on habite en province qu’on doit et que l’on va moins bien apprendre.


La deuxième perspective de développement concerne notre implantation à l’international. A ce sujet, nous allons ouvrir une école à Londres en fin d’année ! A plus long terme, nous souhaitons également nous implanter aux Etats-Unis car il y a là-bas un marché extrêmement important en la matière.


Une remarque finale ?


Globalement, ce qu’il faut retenir, c’est qu’il est possible de se former tout au long de sa vie et d’apprendre un métier en quelques mois. C’est très important de lâcher la pression à ce niveau ! Quand on a 18 ans, on a souvent l’impression qu’il faut choisir une voie pour toute notre vie alors qu'aujourd'hui les métiers évoluent extrêmement rapidement. N’aie pas peur de te lancer, des formations sont là pour toi !



909 vues0 commentaire