top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurNicolas Citti

L'Édito "Compétences" - semaine du 19 juin 2023


Olivier Dussopt, héraut du plein-emploi


Dans un climat politique houleux, le Sénat se prépare à aborder le dernier texte de la session parlementaire. Au cœur des discussions : le projet de loi en faveur du plein-emploi, dont l'examen se déroulera du 10 au 13 juillet prochain dans l'enceinte de la chambre haute. Les enjeux sont de taille, et la commission des Affaires sociales a d'ores et déjà entamé ses travaux en auditionnant le très attendu Olivier Dussopt ce mercredi 21 juin.


Le Ministre du Travail a rappelé que la nature des activités envisagées serait déterminée en collaboration avec les allocataires, allant de l'obtention du permis de conduire à la recherche d'un logement, en passant par des rencontres professionnelles ou des formations.

Alors que la France célébrait le début de l’été et la fête de la musique, le ministre a répondu présent aux interrogations des sénateurs. Au menu des échanges : la future relation entre France Travail, censé succéder à Pôle emploi, et l’accompagnement des bénéficiaires du RSA. Le ministre a voulu se montrer rassurant en annonçant que les recettes pour financer l’insertion professionnelle des allocataires du RSA étaient parfaitement envisagées. En effet, l'Unédic, après dix années de déficit, affiche un excédent de 4,2 milliards d'euros cette année, et cette tendance devrait se poursuivre. C'est du moins la vision optimiste affichée par le gouvernement, qui compte sur France Travail pour soutenir financièrement les départements chargés de cette mission.

Le ton ferme et disciplinaire, Olivier Dussopt a tenté de lever le voile sur la mesure des 15-20 heures qui ne constituera ni un "travail gratuit" ni un "bénévolat obligatoire". Aussi, le Ministre du Travail a rappelé que la nature des activités envisagées serait déterminée en collaboration avec les allocataires, allant de l'obtention du permis de conduire à la recherche d'un logement, en passant par des rencontres professionnelles ou des formations. Petite nuance lexicale apportée au cours de son audition, le Ministre a en effet rappelé qu’en cas de non-respect des engagements définis, les allocataires du RSA risqueront d’être simplement “suspendus” et non “radiés”. Alors que la bataille parlementaire se profile à l'horizon, les regards sont donc rivés vers le Sénat tandis que les députés pourront, quant à eux, préparer leur plaidoirie d’ici au mois de septembre prochain.


La réforme du service public en faveur du plein-emploi est considérée comme synonyme de perte de compétences des régions remettant en cause 40 ans de décentralisation.

C’est avec une main moite que le gouvernement a engagé un véritable bras de fer avec des régions en proie à de vives inquiétudes. En effet, la réforme du service public en faveur du plein-emploi est considérée comme synonyme de perte de compétences des régions remettant en cause 40 ans de décentralisation. L’association Régions de France dénonçait, dans un communiqué publié le 25 mai dernier, une réforme régressive et alambiquée de la gouvernance France Travail. C’est donc, tel un équilibriste, qu’Olivier Dussopt a reconnu lors de son audition du 21 juin qu’il était nécessaire de lever la confusion entre les terminologies “réseau” et “opérateur” France Travail, suggérant plutôt l'appellation de “réseau des acteurs de l’emploi” et précisant qu’aucune disposition du texte n’empiètera sur les compétences des collectivités.


Loi "travail" en juin, loi "immigration" à l’automne, Olivier Dussopt est également revenu sur l’agenda législatif qui anime les “100 jours d’apaisement” et “d’action” gouvernemental dans un entretien accordé à l’antenne de Radio J, dimanche dernier. Il réaffirmait le rôle essentiel que joue l'immigration pour certaines familles de métiers « [à l’image des] commis de cuisine ou [des] femme[s] de ménage, il y a 25 % de travailleurs étrangers non communautaires », comparativement à une moyenne nationale « d’environ 3 % ». Alors qu’Olivier Dussopt indiquait lors de son intervention que “ces métiers n’existeraient pas sans eux”, le locataire rue de Grenelle a renvoyé la patate chaude à ses adversaires républicains précisant que "si dans quelques semaines nous constatons qu'il n'y a pas de compromis possible, il faudra qu'on décide si on présente la réforme qui est la nôtre ou si nous en restons là, sans texte".


Alors si Olivier Dussopt est aux premières loges pour mener la bataille du plein-emploi, notre Ministre du Travail est aussi personnellement dans la tourmente. Et pour cause, le Ministre du Travail se retrouve au cœur d'une affaire judiciaire qui remonte à 2009, période à laquelle il exerçait ses fonctions en tant que maire d'Annonay. Soupçonné d’avoir favorisé le groupe de traitement de l’eau, SAUR, lorsqu’il était maire, l’actuel Ministre du Travail, du Plein emploi et de l'Insertion sera jugé pour favoritisme.


Soutenu publiquement par la Première Ministre qui lui accorde sa confiance, l’idée d’un futur remaniement ministériel laisse planer le doute quant à son sort…


Alexandra Gaboriau, Consultante chez CHEFCAB

21 vues0 commentaire

Comments


bottom of page